Cliquez pour voir plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.
Monastère de l'Immaculée Rouen

Monastère de l'Immaculée Rouen

Ordre: bénédictin

L’histoire de notre monastère Mère Catherine Mectilde du Saint Sacrement de Bar, fondatrice des Bénédictines de l’Adoration Perpétuelle du Saint Sacrement en 1653 à Paris, est venue elle-même établir ce nouveau monastère de son Institut en 1677. Elle avait acheté l’Hôtel de Mathan, construit à l’emplacement de l’ancien château de Philippe Auguste, là où une autre lorraine, Jeanne d’Arc, avait souffert un peu plus de deux cents ans auparavant. C’est la Révolution qui en a chassé les moniales ; elles poursuivirent cependant clandestinement leur vie monastique et leur œuvre adoratrice avant de se regrouper, en 1802, dans l’ancien couvent des Minimes, eux-mêmes victimes des mêmes violences. Le monastère aujourd’hui Héritier à la fois de la spiritualité bénédictine et du charisme eucharistique de Mère Mectilde, le Monastère de l’Immaculée Conception de Rouen avance solidement campé sur ses deux pieds, riche aussi du trésor de prière engrangé par les frères Minimes qui nous ont précédées en ces lieux. L’essentiel des activités qui constituent notre « labora » est un modeste atelier de biscuiterie dont les produits se passent aisément de publicité. L’adoration garde une place essentielle, au long des journées que ponctuent les offices (Laudes 7h30, Eucharistie 9h35, sexte 12h30, none 13h30, vêpres 17h 45). Quelques particularités de notre monastère Notre spiritualité monastique est fortement nourrie de vie eucharistique et mariale puisque la Vierge Marie est l’abbesse de chacun des monastères de l’Institut. Deux cents ans avant Thérèse de l’Enfant Jésus, notre fondatrice proposait à qui le souhaitait sa « petite voie » d’humilité confiante ; son insistance sur l’ancrage baptismal de toute vie chrétienne ou religieuse a des accents très actuels. Mystique incontestable, elle est une mystique pour ici et maintenant, afin que, par le mystère de l’offrande incessante unie au Corps et au Sang du Seigneur, rien de l’aujourd’hui intemporel de l’humanité ne soit perdu.

Read moreShow less

Menu